Dates histoire de l'enseignement
Ministres de l'instruction
l'école sous l'Ancien Régime
L'école sous la Révolution
L'école sous le Consulat et l'Empire
L'école sous la Restauration
L'école sous la Monarchie de Juillet
l'école sous la Seconde République
L'école sous le Second Empire
L'école de la Troisième République
L'école entre les deux guerres
L'école sous l'Etat Français
L'école sous la IVème République
L'école sous la 5ème République
L'école entre les deux guerres
L'école communale
Histoire de l'enseignement
Documents sur l'école
matières d'enseignement
La pédagogie
Post et périscolaire
Découvertes sur l'école


 3ème République 1914-1940

La méthode concentrique et la méthode progressive


Pour bien enseigner aux enfants "ce qu'il n'est pas permis d'ignorer", il faut savoir choisir et doser, suivant leur âge, les connaissances qu'ils auront à assimiler. L'enseignement doit être gradué. C'est perdre le temps et gaspiller l'énergie des maîtres et des élèves que d'offrir à ceux-ci une nourriture pour laquelle ils n'ont pas de goût et que leur esprit ne saurait digérer. Telle était bien la pensée des auteurs du plan de 1887, et c'est pour ce motif qu'ils ont rédigé des programmes différents...

Mais, d'une part, ils ont peut-être éprouvé une confiance excessive pour la méthode dite "concentrique", qui fait reparaître, aux divers cours, les mêmes articles du programme en exigeant simplement qu'ils soient traités avec une ampleur croissante. Et d'autre part, ils ont été trahis, sur ce point encore par leurs interprètes. L'échelle construite par les auteurs du plan de 1887 s'est raccourcie... Ce n'est pas en sept ans, c'est en cinq que sont répartis les articles du programme.

Les graves inconvénients de cette précipitation nous ont amenés à penser qu'il fallait revenir à la conception de 1887...

Ainsi se différencient, dans le nouveau plan d'études, les cours de l'école primaire. Chacun a sa physionomie et sa signification. En passant de l'un à l'autre, l'écolier progresse...

Avec des écoliers de six à treize ans, il serait dangereux de renoncer à toute révision, à toute répétition... Mais, si l'on veut que l'élève travaille avec joie et avec profit, il faut lui éviter la monotonie des redites, le dégoût du déjà vu...

A la méthode concentrique préférez la méthode progressive. Celle-ci exige, comme celle-là, que les connaissances soient solidement acquises. Dans chaque cours, on s'assurera que les enfants possèdent bien les notions inscrites au programme ; dans chaque cours on procédera périodiquement à des révisions. On ne fera de nouvelles conquêtes que si l'on est sûr de bien tenir le terrain déjà conquis... Mais l'enfant n'en aura pas moins l'impression, en passant d'un cours à un autre, qu'il pénètre dans un monde nouveau.

Les « années folles » permettent d’oublier les tueries.

En 1920, après la canonisation de Jeanne d'Arc, on institue une fête nationale en son honneur le 1er juillet.


A la fin de la grande guerre un groupe d'universitaires lance une campagne pour reconstruire l'école. Ils publient un manifeste (l'Université nouvelle) qui fait valoir la nécessité de donner à tous les français la même formation de base, d'élever le niveau général d'instruction. Ils préconisent d'intégrer les petites classes du secondaire à l'ensemble de l'élémentaire, d'allonger les études élémentaires jusqu'à 14 ans. Les enseignants du public sont divisés, ainsi que leurs syndicats, pour cette "école unique".

Beaucoup d'innovations voient le jour, portant sur l’attitude de l’enseignant, sur le fonctionnement de l’école, sur les méthodes et les formes d’apprentissage. La pédagogie Freinet et les enseignants se réclamant de l’Education nouvelle donnent l’exemple d’une innovation large et globale.

Le nombre d'enfants qui poursuivent leurs études dans l'enseignement primaire supérieur ou secondaire s'accroît.

Le cours supérieur des écoles primaires devient une classe de" fin d'études" pour les enfants qui attendent 13 ans pour sortir de la scolarité.


  

La guerre 14-18


La Première guerre mondiale éclate en 1914.

LUnion Sacrée" permet la reconstitution ou le retour de nombreuses congrégations.


Dès les premiers jours de la guerre, la reconquête de l’Alsace-Lorraine s’affiche comme le principal but de guerre français.

Les territoires ayant retrouvé la France dès août 1914 obtiennent un retour d’un enseignement en français, réalisé par des militaires ou des instituteurs sous les drapeaux.

L'école, par l'intermédiaire des enfants, devient un instrument essentiel de la propagande en France comme en Allemagne.  Elle sert notamment à la propagande pour l'emprunt lorsque l’État lance ses quatre grands emprunts, chaque année, entre 1915 et 1918.

Elle a également pour rôle de rassembler les énergies et de les engager dans la voie de réalisations au service de la communauté nationale, la participation de tous à l'effort de guerre se faisant de plus en plus impérieusement sentir, à mesure que le conflit se prolonge.

La guerre sert de support pédagogique aux manuels de toutes les matières, sujet de réflexion et d'exercices dans lesquels sont exaltés le devoir patriotique, le sacrifice des soldats, et est exacerbé le ressentiment contre l'ennemi. Après 1916 une usure se produit et les apprentissages traditionnels retrouvent leurs droits dans l'enseignement.

Jean Zay ramène à 11 ans l'âge du certificat d'études.

En 1937 l'école par "ordre" passe à une école par "degré". Les classes élémentaires des lycées et collèges sont rattachées à la direction du premier degré, qui perd les E.P.S., rattachées au second degré. Mais pour ménager les instituteurs, il permet au cours complémentaires de rester dans le primaire de continuer à préparer des élèves au concours des écoles normales. Contrairement à ses intensions, Jean Zay ne réussit pas complètement le regroupement du second degré.


Jean Zay met en place une pédagogie novatrice ; les classes promenades, les activités dirigées, l'étude du milieu par l'observation active, une demi-journée de sport par semaine, de nouveaux outils d'apprentissage comme la radio scolaire ou le cinéma éducatif.

La tactique de réformes scolaires que M. Jean Zay pratique depuis deux ans nous paraît la plus conforme à l'esprit progressiste français et aux intérêts de l'éducation nouvelle populaire. Elle consiste à faire face et à encourager des expériences puis, selon les résultats constatés, à recommander certaines pratiques en évitant de codifier hâtivement ce qui doit être la conséquence de l'expérience. (Célestin Freinet)

Avec les congés payés qui libèrent du temps pour les loisirs, il veut ouvrir en grand les musées, les théâtres et les bibliothèques à tous. Il crée le Palais de la découverte, le musée d'Art moderne, le musée de l'Homme. Le ministre n'a qu'un seul crédo : que chacun puisse avoir accès au savoir, quelles que soient ses chances de départ.


  

En septembre 1939, beaucoup d’instituteurs sont mobilisés et il est nécessaire de combler les postes vacants. Un recrutement de personnel auxiliaire est effectué pour la durée des opérations militaires.

L’enseignement de la défense passive est obligatoire dans les écoles primaires. Celle-ci indique les mesures à prendre pour limiter les risques encourus par les populations civiles, du fait des bombardements aériens. Les instituteurs effectuent des exercices d’alertes et on aménage, quand cela est possible, des abris dans les locaux.

Une campagne de ramassage des vieilles ferrailles, destinées à ravitailler à moindres fais, les usines d’armement, est lancée par le gouvernement. Le ramassage est stimulé par une rétribution de 15 francs pour cent kilogrammes qui peut être versée à la coopérative scolaire.


La victoire allemande de juin1940 met fin à la IIIe République.

A la gloire de Jean Corentin Carré et L'idéal moral et l'école, affiches de Victor Prouvé

Jean-Corentin Carré


Jeune breton de 15 ans, réussit à s’engager dans un régiment d’infanterie. Sa mort héroïque, en 1918, en fait pour la propagande militaire française l’emblème idéal du dévouement à la patrie.

Dans une lettre adressée à son instituteur depuis le front, Jean-Corentin Carré «écrit : « Je ne pourrais pas vivre sous le joug de l’ennemi ; c’est pourquoi je suis soldat. Eh ! bien, ce sentiment de l’honneur, c’est à l’école que je l’ai appris, et c’est vous, mon cher maître, un de ceux qui me l’on enseigné ! Je souhaite que tous les petits écoliers comprennent les leçons qui leur sont données de la même manière que je les ai comprises. La vie en elle-même n’est rien si elle n’est bien remplie. »

Cet extrait de lettre est dupliqué sur une affiche et diffusé aux enfants des écoles en 1919.

A ses défenseurs, la France reconnaissante, offert par l'union des grandes associations françaises.

2 août 1914-1919, cinq ans après !

Carte postale : A nos maîtres, qui, par milliers, nous ont donné l'Exemple suprême en tombant au Champ d'Honneur pour la Victoire du Droit et de la Civilisation.

3e série des cartes-sonnets illustrées de la guerre.

Edition Cigalia, Paris.

En 1923, Paul Lapie donne de nouvelles instructions. "Mieux vaudrait moins apprendre mais bien retenir ; mieux vaudrait moins de souvenirs, mais des souvenirs complets et ordonnés". Les nouveaux programmes sont deux fois plus courts que les anciens. Les programmes de 1887 de Buisson, inspirés par O.Gréard, étaient concentriques, Paul Lapie au contraire conseille une méthode plus progressive ; il veut éviter de donner aux enfants l'impression de rabâcher.

Le droit syndical est accordé aux instituteurs en 1924.

Le décret du 12 septembre 1925 permet aux instituteurs d'enseigner dans les classes élémentaires du secondaire. Quelques mois après, les programmes des classes élémentaires des lycées deviennent ceux de l'enseignement primaire.

Les enseignements parasitaires de l’école primaire


Citons quelques-uns de ces enseignements qui se sont greffés sur le programme initial et essentiel de l’école primaire et qui, parce qu’ils tirent à eux toute la sève, ont été qualifiés fort justement par les instituteurs de végétations parasitaires.

Nous eûmes les bataillons scolaires, qui prenaient quelques heures par semaine, mais ils n’empiétaient tout de même pas sur l’étude de l’orthographe. L’instruction civique connut de beaux jours, lorsqu’on eut demandé aux instituteurs de faire, sinon tout à fait les élections, au moins de bons électeurs. On apprit à lire dans la déclaration des Droits de l’Homme, on rn récita les articles à la place des fables de la Fontaine, et beaucoup d’enfants ne connurent des lettres françaises que le manuel de Paul Bert et celui de Pierre Laloi. Le travail manuel fut en grand honneur à l’époque de la création des ateliers du bois et du fer. L’enseignement moral, pendant quelques années, se fit envahissant. Toutes les leçons de l’école devaient l’avoir pour principal objet. Il fallut inventer des problèmes pour illustrer le devoir de probité, et si les classiques français n’ont pas songé à écrire en faveur des sociétés de secours mutuels, des poètes pédagogues y suppléeront…

Le calcul mental connut sa petite vogue. Lorsqu’on eut inventé la méthode intuitive, chacun se crut obligé de composer un musée scolaire… On eut des jardins scolaires, on démontra, par des semis et des plantations en pots de fleur, la valeur des différents engrais, et l’enseignement de l’agriculture se constitua… L’enseignement de l’agriculture alla jusqu’à exiger qu’une place spéciale lui fût faite au certificat d’études…

L’épreuve de dessin, qui n’était imposée qu’aux écoliers des villes, est maintenant exigée de tous. Le dessin ! On peut bien dire que jamais mode pédagogique ne fut mieux lancée que celle du dessin enseigné d’après la nouvelle méthode ! … on organisa des expositions de dessins d’enfants, des journaux professionnels instituèrent des concours entre les écoles ; bref, durant quelques saisons, le dessin fit fureur. On dessina à propos de tout…

La guerre est venue interrompre une aussi belle carrière, qui se serait d’ailleurs, selon toutes probabilités, fermée d’elle-même, car ces modes pédagogiques avaient cela de commun d’être éphémères.

Le plus tenace, le plus envahissant, le plus féroce, le plus laid -- et le plus inefficace — de ces enseignements parasitaires qui sont venus surcharger les programmes de l’école primaire est sans contredit l’enseignement de l’anti-alcoolisme… Songez à ce que doit être la journée qu’il est d’usage, dans certaines écoles, de réserver chaque semaine et de consacrer tout entière à l’enseignement de l’anti-alcoolisme, depuis la leçon de morale du matin jusqu’à la narration, à la page d’écriture, aux problèmes d’arithmétique et à l’exercice du dessin qui clôt le travail du soir. Oh ! Ces images grimaçantes, ces photographies de viscères malades, ces maximes tristes qui tapissent les murs des classes de nos écoles primaires.

Ce n’est pas que ces enseignements spéciaux soient mauvais en eux-mêmes, et qu’ils poursuivent un but qui ne soit pas louable. Ils ne deviennent une calamité que lorsqu’on les érige en systèmes, lorsqu’on les constitue à part, avec tout un attirail de manuels, de leçons, d’exercices et de résumés…

Que l’on veuille bien maintenant considérer la situation du pauvre maître d’une école rurale. Il est, en même temps qu’instituteur, secrétaire de la mairie. Il passe ses veillées aux écritures qu’exige une administration de la chose publique et des intérêts particuliers de plu en plus compliquée et centralisée ; il est dérangé, aux heures des repas, s’il n’y prend garde, par les nombreux clients des affaires dont l’Etat, les départements et les communes prennent la charge. Ses jeudis et ses dimanches sont envahis par les œuvres post-scolaires, les sociétés d’anciens élèves, la préparation militaire, les exercices de tir. Il ne lui reste, tout sec, pour apprendre à ses élèves les éléments de l’instruction primaire, que les six heures règlementaires de classe… (La réforme de l’école primaire de Pierre Dufrenne, Inspecteur de l’Enseignement primaire. Nouvelle Librairie Nationale, 1919)

  

La distribution du lait dans les écoles


L'Office du lait de Paris expérimente des distributions gratuites de lait dans les écoles de Paris et du département de la Seine.

Durant trois ans, de 1931 à 1933, plus de 6000 écoliers ont été soumis à ces expériences de suralimentation lactée.

Résultats : "On peut voir que les élèves ayant pris régulièrement du lait ont plus augmenté en poids et en taille que les enfants n'ayant pas bu de lait placés dans les mêmes conditions".

Carte postale : La grande Guerre en Champagne Argonne-Meuse 1914-15-16.

Massiges, mairie et école en ruine.

L'idéal moral de nos maîtres. A la mémoire des maîtres et des élèves de l'enseignement public morts pour la France.

Image 19x27 : Ce que serait devenue l'école si les allemands n'avaient pas été vaincus

Les maîtres d'écoles affrontent avec courage le champ de bataille, beaucoup y tombent.

Sur 35000 instituteurs mobilisés, plus de 8000 sont tués.


L’armistice est signé le 11 novembre 1918.

Retour de l'Alsace-Lorraine à la France, la législation scolaire antérieure et le régime concordataire y sont maintenus.

 


L'entre deux guerres

Souvenir de la Grande Guerre, offert par la ville de Paris aux élèves des écoles, le 1er décembre 1918.

A Meunier Gilbert.

Le Petit Journal du 29 novembre 1914. En Alsace, nos instituteurs soldats font la classe en français aux petits alsaciens.

Carte postale : Guerre européenne en Hte-Alsace 1914-1915.

Pendant la récréation d'une école alsacienne, l'instituteur allemand et le nouvel instituteur français en uniforme sont au milieu de leurs élèves (novembre 1914).

Carte postale : La grande Guerre 1914-15. L'Alsace reconquise - A Massevaux - Nos officiers assistent à la première classe de français.

Nos instituteurs soldats font la classe en français

aux petits alsaciens


Dans la Schul und Gemeinhaus (maison d'école et mairie), les petits alsaciens, en leurs beaux habits du dimanche, venaient de se réunir. Ils s'installèrent aux pupitres. Quelques parents restaient debout dans le fond de la salle. Un brouhaha fait de surprise et d'impatience accueillit le professeur.

Où est-il ce vieux magister allemand, à barbe rousse et à lunettes, rogue, pédant, la schlague en main, image caricaturale de la Kultur germanique, dont Hansi s'est fait l'historiographe cruel ? C'était un sous-officier, un sous-officier en tenue qui grimpait dans la haute chaire.

Clair visage rayonnant, trapu, décidé, blond, les prunelles bleues : un vrai fils d'alsace, pardieu ! Il s'adressa en patois à ses élèves et aux parents ; tous éclatèrent de rire. Et cette première leçon n'eut qu'un thème, une phrase d'abord parlée, qu'à tour de rôle sur le tableau noir, puis sur les cahiers les enfants inscrivaient : "La France est notre patrie. Vive la France !"

(Le Petit Journal)

Les instituteurs héroïques, Les livres roses pour la jeunesse, Librairie Larousse,1915.

Carte postale : Bombardement de Reims. Les écoles souterraines - Ecole Dubail (210 élèves).

Carte murale Vidal-Lablache N° 13, Europe politique, année 1920.

Impression sur zinc Dufrenoy, Paris.

Le petit écolier de Reims, Les livres roses pour la jeunesse, Librairie Larousse, 1918.

Les emprunts de la défense nationale


Dans les écoles, pendant la seconde quinzaine d'octobre, les exercices scolaires servent à démontrer l'importance du grand devoir que la Patrie demande à ses enfants. Lectures, dictées, rédactions, problèmes d'arithmétique, deviennent le moyen d'expliquer la nécessité de l'emprunt, son mécanisme, ses avantages. Partout nos maîtres font apprendre aux écoliers "l'Appel aux français", une page ardente du discours que le 14 septembre 1916, M. Ribot, ministre des finances, prononça à la chambre des députés...

Les images de Rabier, d'Hansi surtout, répandues par millions, ont rendu les leçons agréables et faciles. Le maître en commente le texte, en développe la légende. Les rapports de nos inspecteurs d'Académie signalent en particulier l'heureux effet de l'affiche de Bernard Naudin, et de celle d'Abel Faivre où un jeune poilu, la flamme aux yeux, clame sa foi dans la victoire. "Souscrivez... on les aura!"

(Les écoles en 1914-1917, Louis Lumet, 1917)

Certificat donné aux élèves qui participent à la souscription des écoles pour les Emprunts de la Défense Nationale

Le mois de l'or dans les écoles, 1916.

Souvenir offert par l'Inspecteur d'Académie du Loiret à un écolier.

La campagne de l'or


Dès le début de la guerre, la Banque de France, a fait tous ses efforts pour augmenter  son énorme encaisse métallique. Accroitre ces prodigieuses réserves, c'est accroitre son crédit et par là même le crédit du pays.

A son appel, des Comités se sont organisés sur tous les points du territoire, et ce sont encore les maîtres de l'Enseignement qui ont été les meilleurs ouvriers de cette propagande nationale. Grâce à eux, nul n'ignore aujourd'hui le rôle immense de l'or dans la défense de la patrie. " Plus d'or et moins de sang", a-t-on dit avec raison. Parce qu'il est la seule monnaie internationale, il permet d'acheter à l'étranger les matières premières qui nous manquent, il développe la puissance de notre outillage et de nos armements et ménage ainsi le sang précieux de nos soldats.

(Les écoles en 1914-1917, Louis Lumet, 1917)

  

Aux enfants de france, édition de la Fédération des amicales d'institutrices et d'instituteurs publics, vendue au bénéfice de l'Accueil français.1915

Le 3 juin 1932, le ministère de l'Instruction publique est rebaptisé

Ministère de l'Education Nationale  lors de la formation du troisième cabinet Herriot.

Le brevet supérieur est exigé aux instituteurs.


En 1936, c’est la victoire du Front populaire qui réalise d’importantes réformes sociales.

Dans les premiers jours de juin 1936, à 31 ans, Léon Blum nomme Jean Zay, ministre de l'Education et des Beaux-arts.

Sa toute première réforme mise en place, votée le 6 août 1936,  est la prolongation à 14 ans de l'obligation scolaire. Prolonger ainsi la scolarité signifie une augmentation d'écoliers. Cette classe de fin d'études primaires est destinée à les préparer à la vie active qui les attend. Il laisse aux instituteurs et institutrices toute liberté d'initiative, ce qui est révolutionnaire.