l'équipement de l'écolier
L'école communale
Histoire de l'enseignement
Documents sur l'école
matières d'enseignement
La pédagogie
Post et périscolaire
Découvertes sur l'école
Expositions sur l'école
L'école communale, deux siècles d'histoire
Actualités

Actualités


 Accueil

Ami(e)  lecteur(trice),


Notre école républicaine est le fruit d’un long parcours qui commença à la Révolution française et qui s’est poursuivi tout au long du XIXe siècle pour aboutir aux grandes lois Ferry.


L’école laïque permit aux plus pauvres, selon leur talent, d’accéder à des niveaux d’études jusque là réservés aux plus riches et à la bourgeoisie.


Le XXe siècle rendit notre école plus égalitaire en supprimant la distinction entre l'école du peuple et celle de l'élite, celle des garçons et celle des filles, et en ouvrant à tous les portes du collège.


Tout au long de ce parcourt, divers mouvements et organismes ont remis en cause, souvent avec raison, l'efficacité de l'instruction scolaire française.


Le XXIe siècle doit atténuer les différences dues au milieu social et familial, doit intégrer des populations venant d'autres cultures.

Trop de jeunes sont en échec…  notre éducation n’est ni juste, ni efficace…

A nous de la transformer afin qu’elle soit encore celle de la République.


Ce site est un outil de réflexion pour tous ceux qui sont soucieux de mieux comprendre notre école afin de continuer à la faire évoluer.

Il vous est ouvert, et je recevrais avec plaisir toutes vos remarques et idées.


                                                                        Guy Dessauw

Tableau position sociale de l'homme

" L'Instruction publique doit être l'instrument privilégié de la libération de l'esprit humain. Or le risque est toujours grand qu'elle devienne au contraire le moyen privilégié, pour un pouvoir, d'asservir la pensée. Dès lors, il ne saurait y avoir d'éducation publique que libre, protégée contre tout dogmatisme, et ouverte à la raison critique. L'instruction publique ne sera donc asservie à aucune doctrine politique : c'est le principe de neutralité de l'école. Elle ne sera assujettie à aucune autorité religieuse : c'est le principe de la laïcité de l'école."

Elisabeth et Robert Badinter.

« Un homme de science loyal ne transige pas avec la vérité,  avec la recherche de la vérité. On n’écrit pas l’histoire avec une idée préconçue ; ou l’on ment. On cherche à connaître et comprendre les faits, tous les faits et leurs mobiles cachés : qu’ils soient pour ou contre notre sentiment. Seule, cette science véridique et désintéressée s’oppose au cléricalisme des gens d’Eglise et des politiciens. Je n’aime point les dogmes. Il y en a beaucoup trop dans le marxisme de Moscou. Vous n’êtes pas des curés. Vous n’avez pas à enseigner ce qu’il faut penser. Vous avez à enseigner à penser,- à voir et à penser, par soi-même, - à être libres. » Romain Roland, 1923, correspondance avec Josette Cornec (Josette et Jean Cornec, instituteurs)

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Vous désirez avoir des renseignements, donner ou vendre des objets ou documents, louer du matériel ou organiser une exposition,

contactez Guy Dessauw



 par courriel :  postmaster@le-temps-des-instituteurs.fr

  


 Contact

Nouveauté

          septembre 2016

Ce site évolue au gré des recherches et découvertes.

Tous les dossiers sont continuellement recomposés, améliorés ou complétés.

  

Contact

A lire absolument !

La laïcité…


Le mot neutralité n'est pas un synonyme exact du mot laïcité.

Entre la liberté et la dictature,

Entre la paix et la violence,

Entre la fraternité et l'injustice sociale, le laïque n'est pas neutre, il choisit la liberté, la paix, la fraternité.

La laïcité ne peut se confondre avec un parti ; elle n'est pas au service d'une, de deux ou de trois familles spirituelles. Elle n'est pas elle-même un dogme ou une doctrine. Trop de gens, à ce sujet-là, se font une idée fausse de la laïcité, qu'ils considèrent comme une philosophie. On pourrait notamment montrer que la formation reçue par l'enfant à l'Ecole laïque ne le forme à aucune philosophie ou croyance, mais qu'elle le met mieux à même d'être prêt à compléter la formation morale et intellectuelle de l'école par la liberté spirituelle de son choix.

(Article paru dans Picardie laïque de décembre 1959)