Les outils pédagogiques
Les appareils de projection à l'école
Les appareils visuels à l'école
La radio télevision scolaire
Les bouliers compteurs
Le matériel d'imprimerie
Groupe Français d'Education Nouvelle
Célestin Freinet
Maria Montessori
Ovide Decroly
L' école mutuelle
Les Ecoles chrétiennes
Périodiques instruction primaire
Maisons d'éditions scolaires
Maisons d'éditions scolaires XXe
Maisons d'éditions scolaires XXe
L'école communale
Histoire de l'enseignement
Documents sur l'école
matières d'enseignement
La pédagogie
Post et périscolaire
Découvertes sur l'école


 Pédagogie

Editions Magnard


En 1933, Roger Magnard invente le cahier de vacances sur une idée simple et géniale : accompagner l’enfant d’une classe à l’autre. Il crée ainsi sa maison d’édition.

Les Éditions Magnard sont spécialisées dans le scolaire, le parascolaire et la littérature de jeunesse.

Les premières collections de manuels voient le jour après la guerre, avec notamment "Rémi et Colette" l’une des plus célèbres méthodes de lecture pour toute une génération d’enseignants… et d’élèves.

De 1973 à 1993 Louis Magnard, le fils du fondateur, dirige la maison et la développe autour de projets innovants qui rencontrent un très large public. Il hisse ainsi la maison au niveau des plus grand éditeurs scolaires français, fonde sa propre société de distribution (Dilisco), acquiert les éditions Vuibert.

En 1995, le groupe Albin Michel reprend les Editions Magnard et confie la direction de la maison à Isabelle Magnard, la petite-fille du fondateur, qui poursuit aujourd’hui le développement des collections scolaires, parascolaires et de littérature Jeunesse , en les inscrivant désormais dans l’ère du numérique.

  

- Le calcul au cours élémentaire, par M. Draux, illustrations de R. Bresson, Editions Magnard, 122 boulevard Saint-Germain Paris


- Rémi et Colette, méthode active de lecture, 2ème livret, par J. Juredieu et E. Mourlevat, illustrations de René Bresson, Editions Magnard, 122, Boulevard Saint-Germain, Paris,1963


- Lisons de belles histoires, premier livre de lecture courante par J. et A. Juredieu, Editions Magnard, 122 boulevard Saint-Germain, Paris.

  

Editions Bordas


Installé à Grenoble, Pierre Bordas fonde avec son frère Henri les éditions Bordas en 1944, puis s'installe à Paris en mai 1945. Les éditions Bordas se sont spécialisées dans les manuels scolaires, les ouvrages parascolaires et de pédagogie de la maternelle au lycée ; mais aussi les livres de références culturelles.

En 1972, Pierre Bordas rachète les sociétés Dunod et Gauthiers-Villars, ce qui donne une dimension quelque peu démesurée à l’entreprise ; s’ensuivent des problèmes financiers qui ne vont pas faciliter la gestion de la société. Quelques années auparavant, déjà, des concours financiers de grandes banques ont modifié la composition du capital des Éditions Bordas.

En 1977, Pierre Bordas prend ses distances avec les actionnaires des Éditions Bordas, représentant les banques, devenus majoritaires au sein de son entreprise. En 1978, il démissionne de son poste de président directeur général de la société qu’il avait fondé plus de trente ans auparavant.

Il crée avec son fils Thierry, une nouvelle maison d’édition, Pierre Bordas et Fils, qui va publier, en près de vingt ans, plus de cent cinquante titres, ouvrages scolaires et para-scolaires, ainsi que des beaux-livres et collection sur le Cinéma

  

- collection Gérard Caparros, la mathématique au CE 1 et 2, illustrations de Josiane Pont, Bordas, 1976


- Activité d'éveil historiques et géographiques, CE, ici, ailleurs, autrefois, par R. Ciais et J. Soletchnik, Bordas, 1979


- Histoire CM, 1. Des origines à 1715, par Marcel Lachiver, Bordas,1985


- Collection Tavernier, Sciences et Technologie, CE, Bordas, 1986

- catalogue pour l'école Bordas 1986

Editions Sudel


Sudel signifie Société uni­ver­si­taire d'édition & de librairie. L'origine de la création de la maison est liée à la Première Guerre Mondiale. De nombreux ins­ti­tu­teurs de l‘époque regrettent le caractère belliciste des livres scolaires et veulent proposer d'autres ouvrages en par­ti­cu­lier en français et en histoire. Par ailleurs le SNI, Syndicat National des Ins­ti­tu­teurs, estime que les ouvrages publiés ne reflètent pas suf­fi­sa­mment les pratiques pro­fes­sion­nelles et pédagogiques. Tout ceci a fait qu'à la fin de la guerre, l'idée a germé que le SNI pourrait être à l'origine d'une maison d'édition.

Elle se concrétise en 1932. A partir de là, Sudel se développe autour d'un produit phare qui au départ s'appelle Le livre des ins­ti­tu­teurs, de Joseph Soleil. Ce dernier travaille au ministère de l'Instruction Publique, et présente dans son livre l'ensemble des droits et devoirs des ins­ti­tu­teurs, avec également une dimension morale et éthique. Au fil du temps, ce livre des ins­ti­tu­teurs devient le fameux Code Soleil.

- Au jardin des images, 2ème livret, par R. Malé, Editiond Sudel. 78, Boulevard Saint-Michel, Paris, 1934


- Les textes vivants, choix de lecture à l'usage des classes de certificat d'études et des classe de sixièmes de lycées par L. Brangier et E. Ballereau, Editions SUDEL, 78 boulevard St-Michel, Paris, 1934.


- Le coffre aux joujoux par M. Berger et L. Trillet, Editions Sudel, 134, rue d'Assas, Paris, 1953


- Collection Marcel Bompard, Jeux et travaux de calcul, par E. Barbe, illustrations de Jacques Valard, Editions SUDEL et Bordas, 1959

- Le livre des Instituteurs, Par Joseph Soleil, vingt et unième édition, Librairie S.U.D.E.L., 134, rue d'Assas, Paris, 1951.

Editions Bourrelier


En 1926, Henri Bourrelier quitte la maison Armand Colin pour fonder avec son fils Michel Bourrelier (1900-1983) une entreprise d'édition classique qui rivalise dans les années cinquante avec la maison Armand Colin.

Michel Bourellier est un propagandiste des méthodes actives dans l’enseignement du premier degré avec ses collections « Carnets de pédagogie moderne pour l’enseignement primaire », « Carnets de pédagogie pratique » « Carnets d’éducation physique et de sports ». Et, par la fondation et la publication de deux revues, « Méthodes actives », revue pratique de pédagogie pour l’enseignement du premier degré, et « L’école maternelle française » pour les écoles maternelles, classes enfantines, jardins d’enfants et cours préparatoire, il apporte aux instituteurs et éducateurs une aide indispensable pour leur combat dans le changement des enseignements.

      Il est aussi un éditeur scolaire. Et, dans les manuels pour le primaire publiés par sa maison, il veut offrir aux enfants l’envie d’aller plus loin dans toutes les disciplines. Il  propose ainsi des livres de lecture courante avec un texte suivi comme les deux récits L’île rose et La colonie de Charles Vildrac. Il édite aussi du matériel scolaire comme « Images du beau » (cartes postales et tableaux), des jeux, etc.

      Pour faciliter la recherche aux enseignants, il installe, rue Saint-Placide, un Centre de Documentation Jeunesse où le public trouve des ouvrages concernant l’enseignement, les bibliothèques d’enfants, l’éducation physique, le chant, les travaux manuels ainsi que du matériel scolaire.

      Il ne faut pas oublier qu’il est membre fondateur de l’Association pour le Développement de la Lecture Publique (ADLP) en 1937. Il fonde, en 1945, avec d’autres éditeurs l’association « Pour le livre », dont il fut le président en vue d’étudier en commun les réformes à réaliser et les actions à mener auprès des pouvoirs publics, afin de faire triompher les idées nouvelles qui sont les leurs.

En 1963, les éditions Bourrelier fusionnent avec la librairie Armand Colin et continuent dans ce cadre leur action. (Ressources : SRILJ)

  

- La belle moisson, poésies choisies par F. Scapula, illustrations de Manon Iessel, Editions Bourrelier et Cie, 76 rue de Vaugirard Paris, 1938


- La ronde des nombres par R. et S. Brandicourt, Cours Préparatoire, Editions Bourrelier 55, rue Saint-Placide, Paris, 1957.


- Orthographe, CE, par L. Renaud et C. Batailler, Editions Bourrelier, 55 rue Saint-Placide, Paris,1860.

Editions istra


Istra, société d'édition créée par les Imprimeries Strasbourgeoises, entre dans le giron du groupe Hachette Livre en 1992


  

- Le livre de la maison, ménage, cuisine, hygiène, puériculture, Collection Lyonnet, par Mme Gauthier-Echard, illustration de Ch. Schott, Librairie Istra, 7 rue de Lille, Paris 7e, 1943.




- Mico mon petit ours, premier livret : Mico et ses amis, par André Mareuil et M. Goupil, images de Gerda, Librairie Istra 7 rue de Lille Paris, 15 rue des Juifs Strasbourg,1968


- Gridi lapin des bois, méthode de lecture par G. Julienne et C. Chauvel, Librairie Istra, 93, rue Jeanne-D'Arc, 75013 Paris,1975.

  

- Promenons-nous, géographie, CE, par H. Géron et A. Rossignol, Editions Rossignol, Montmorillon (Vienne), 1961.


- Poucet et son ami, premier livret, méthode de lecture mixte, réalisée en coopération pédagogique sous la direction de R. Charlot et H. Géron, illustrations de François Garnier avec la collaboration de R. Lafréchoux, Editions Rossignol, Montmorillon (Vienne), 1969.

Éditions Rossignol


Les Éditions Rossignol ont apporté un bouleversement dans la pédagogie de l’enseignement primaire, au lendemain de la Libération.

C’est dans le petit village de Nalliers, dans la Vienne où André et Madeleine Rossignol enseignent, situé sur les bords de la Gartempe, que naissent en janvier 1946, les Éditions Rossignol.
Elles sont alors publiées sous le label :
La Coopération Pédagogique.
Elles s’installent à Montmorillon en 1953. En quelques années, elles prennent de l’ampleur, pour déboucher sur une production éditoriale, prestigieuse par sa nouveauté, par sa valeur pédagogique et par sa variété.

André et Madeleine Rossignol mettent sur pied de nombreux outils à destination des écoles, dont une merveilleuse collection d’images conciliant Art et Pédagogie.
Parmi plus de 780 images, ce sont les cartes qui servent de « starter » aux autres collections ; suivent les tableaux d’histoire, de sciences, d’instruction civique, de vie quotidienne, ou les méthodes de lecture...

En 1958 le groupe Hachette devient propriétaire des Editions Rossignol puis les abandonne définitivement en 1972 en changeant leur nom en Librairie Pédagogique du Centre pendant que le plus jeune fils d'André et Madeleine crée en 1997 une maison éditant des cartes scolaires de grand format sous le nom Production Philippe Rossignol.

  

Editions MDI


La Maison des Instituteurs est créée en 1952 par un ancien instituteur.

Sa vocation première : imaginer des outils pédagogiques "clés en main" (coffrets, fichiers, cartes murales, matériel de manipulation,...) dans toutes les disciplines pour aider les enseignants dans leur pratique quotidienne.

  

- Collection "L'essentiel", J'apprends à rédiger, CM et Cours fin d'études primaires, Editions M.D.I. boîte postale 33, St-Germain-rn-Laye (S.-et-O.), 1962


- Collection "L'essentiel", Mon mémento de géographie, Cours de fin d'études, J. Anscombre, Maison Des Instituteurs. Saint-Germain-en-Laye (Seine et Oise), 1967


- Le petit monde de Luc et Caroline par J. Moscan, illustrations H. Poirié, Editions MDI 37 rue de Fouqueux 78102 St-Germain-en-Laye, 1974

Editions de l'Ecole et L'Ecole des Loisirs


Les Editions de L'Ecole, est une maison scolaire catholique, créée en 1913 par Raymond Fabry.


En marge de la maison d'édition scolaire "L'Ecole", Jean Fabre crée en 1965, les Editions de L'Ecole des Loisirs. Avec Jean Delas et Arthur Hubschmid, ils constituent, au cours des années, un fonds de valeurs sûres de l'édition de jeunesse, venant du monde entier, qui leur permet d'imposer leurs propres créations. Ils modifient en profondeur l'image du livre pour enfant en publiant les ouvrages novateurs de Tomi Ungerer, Maurice Sendak, mais également Léo Lionni, Arnold Lobel, Binette Schroeder. Sur des styles diffèrents, allant de l'art abstrait au collage et au dessin d'humour, les éditeurs conçoivent des livres de qualité, dont la fonction essentielle est de conter en images. Après avoir édité Sonia Delaunay et André François, et connu un grand succès avec la série de Barbapapa de Annette Tison et Talus Taylor, Jean Fabre encourage la vocation d'illustrateurs et d'auteurs français

- Voici pourquoi Voilà comment, CM et CS,  par L. et T. Charbonnier et A. Nallet, Les éditions de L'Ecole, 11, rue de Sèvres, Paris,1963


- L'univers mathématique, CP, par B. Goergler, Editions de l'Ecole, 11 rue de Sèvres, Paris 6e, 1970.


- La magie des mots, CE1, par Pierre Davinroy et Pierre Dufayet, L'Ecole, 11 rue de Sèvres, Paris, 1979


- A l'aube de l'école, 3e livret, par Madelaine Audran et Louisette Prager, illustration Gentil, L'Ecole, 11 rue de Sèvres, Paris,1981


- La dictée sans fautes, CE2, par E; Bertouy et V. Garcia, CE2, Editions de l'Ecole, 11, rue de Sèvres, Paris, 1982

Editions Gedalge


Elias Jonas, juif polonais, s' installe à Paris, prend le nom d'Emile Gedalge et fonde la maison d'édition la Librairie Gedalge.

Librairie Gédalge et Cie, 75 rue des Saints-Pères à Paris.

Les éditions Gedalge sont spécialisées dans les livres de prix pour les écoles laïques.

- L'enseignement par l'aspect ou par les projections lumineuses, Notions de sciences physique, naturelles, d'agriculture et d'hygiène à l'usage des écoles primaires, par F. Bouhoure rt J. Mage, CM et CS, huitième édition, illustré par M. Balaman, Gedalge Libraire-éditeur, 75 rue des Saints-Pères Paris,


- Le vocabulaire des écoles, CE, par Fournier, onzième édition,  Gedalge et Cie, Libraires-Editeurs, 75 rue des Saints-Pères Paris, 1917


- Le grand syllabaire illustré de la méthode rationnelle de lecture, par F.-A. Noël, Librairie Gedalge et Cie, 75 rue des Saints-Pères Paris, 1925


- Syllabaire illustré de la Méthode rapide de Lecture et de Langage, par M. Fournier, Librairie Gedalge, 75 rue des Saints-Pères à Paris, tampon 1938


- Le Vocabulaire des Petits, album d'images en couleurs à l'usage des écoles maternelles, des classes enfantines, des cours préparatoires des écoles primaires et des lycées et collèges par M. Fournier, dessins de G. Fraipont, douzième édition, Librairie Gedalge, 75 rue des Saints-Pères à Paris,

Editions Fernand Nathan


Fernand Nathan crée, à l'âge de 23 ans, une petite maison d'édition au rez-de-chaussée du 16 rue de Condé dans le 6ème arrondissement de Paris.

La création de la Librairie Fernand Nathan en 1881, coïncide avec la promulgation des lois scolaires
"Jules Ferry" (1881-1882), symbole du développement des valeurs démocratiques de l'époque. Fernand Nathan partage les idées républicaines d'égalité des chances, de prestige du savoir et donne à sa maison une réelle mission éducative : diffuser le plus largement possible le savoir et l'envie d'apprendre. Il décide donc d'accompagner l'apprentissage avec des méthodes pédagogiques sérieuses et adaptées. Il conçoit des nouveaux livres pour les élèves, conformes aux programmes récemment parus. Et dans le même temps, il commence à publier des ouvrages pour les Ecoles Normales, destinés à former les jeunes maîtres au nouvel esprit de l'époque.

Entouré de collaborateurs réputés, l'éditeur est rapidement reconnu pour ses ouvrages de qualité qui touchent un public populaire. Les premiers succès sont le "Cours d'Instruction civique et morale" du député Jules Steeg et "la Pédagogie" de Vincent dont 10 éditions se succèdent en 3 ans !

Fernand Nathan est également un acteur important de la rénovation de l'Enseignement Primaire mise en œuvre sous la direction de Ferdinand Buisson. Ainsi, la publication d'ouvrages simples et novateurs va faciliter le travail des maîtres comme le développement de méthodes souples et vivantes venant remplacer les méthodes mécaniques pratiquées jusqu'alors. Les cours d'Histoire d'Amman et Coutant, les premières méthodes de lecture "Lisons" de Pierre Minet et les livres de lecture de Baudrillat et Kuhn sont autant d'exemples du dynamisme créatif de la maison Nathan.

Très vite Fernand Nathan diffuse ses méthodes dans les colonies françaises et dans les pays francophones.

Pour développer l'éducation des plus-petits à l'aide de méthodes sensorielles, Fernand Nathan crée un nouveau concept pédagogique jusqu'alors embryonnaire en France : l'édition de matériel éducatif. Dans le même temps, il lance des collections de pédagogie pour les instituteurs et des livres de lecture pour prolonger, à la maison, les cours reçus à l'école…

En complétant ses collections de manuels scolaires par du matériel éducatif adapté à l'enfant (taille et résistance) et à la pointe des innovations techniques et ergonomiques, Fernand Nathan innove encore. Développé avec l'aide de Mademoiselle Besse et Madame Kergomard, deux Inspectrices Générales des Ecoles maternelles, l'accent est mis sur la qualité des produits, leur contenu pédagogique et leur aspect ludique. Ce nouveau matériel inspiré des méthodes fröbeliennes connaît rapidement un vif succès et participe au rayonnement du modèle des écoles maternelles françaises à l'étranger.

Fernand Nathan diversifie également ses productions éditoriales avec "la bibliothèque des éducateurs", "les loisirs du professeur",… qui seront les premiers compléments pédagogiques à destination des enseignants.

Fernand Nathan appelle auprès de lui son fils, Pierre Nathan (1892). Son arrivée marque un essor considérable de la maison entre les deux Guerres mondiales. Il lance les jeux éducatifs Nathan tout en développant également les revues pédagogiques et les collections pour la jeunesse.
Pendant ce temps, son père, Fernand, multiplie les succès dans le domaine des manuels scolaires.


La maison déménage alors successivement 16, rue des Fossés Saint Jacques en 1913 puis, en 1926, au 9 rue Méchain dans le 14ème arrondissement.

Pierre Nathan introduit la couleur dans les livres jeunesse. Persuadé de l'attrait et de l'intérêt de l'image, complément indispensable du texte, il pressent l'importance que la pédagogie moderne accorde à l'illustration. Il crée dans cet esprit de nombreuses collections allant des albums pour les petits aux livres d'aventures et même aux romans d'anticipation.

En 1933, il adapte également ce principe au domaine scolaire en lançant "La Documentation par l'image", une revue qui fait de l'observation, la base même des leçons.

De nouveaux auteurs s'attachent aux Editions Nathan et y rencontrent un succès sans précédent, comme par exemple Jolly et Souché pour la grammaire, Lebossé et Hémery pour les mathématiques, Cessac et Tréherne pour la physique.


Pour sauvegarder les Editions Nathan persécutées par les nazis et le régime de Vichy pendant la guerre, un groupe d'éditeurs parisiens, conduit par André Gillon des Editions Larousse, reprend les Editions Nathan et les administre pendant la période d'occupation. Ils rendent l'entreprise à Fernand et Pierre Nathan le jour de la libération de Paris.

Après le décès de Fernand Nathan en 1947, son fils Pierre Nathan reprend sa place rue Méchain avec à ses côtés Raymond Basch, son neveu.

Nathan sera l'un des premiers éditeurs scolaires à lancer en 1950 une collection de cahiers de vacances.

En introduisant la matière plastique dans de nouveaux produits de son matériel éducatif pour les maternelles, Nathan est à la pointe de la modernité, tout en conservant les produits qui ont déjà fait son succès.

Jean-Jacques et Claude Nathan se lancent aux côtés de Raymond Basch dans l'édition d'encyclopédies en plusieurs volumes mais à un prix abordable ce qui leur assure un succès durable. Parmi les plus rééditées : L'encyclopédie des femmes, L'encyclopédie du XX ème siècle, l'Atlas 2000…


Les manuels scolaires Nathan contribuent largement à la rénovation pédagogique dans toutes les matières : mathématiques modernes (Queyzane et Revuz), géographie (Lacoste), histoire (Milza, Bernstein puis Gaillart), littérature française (Mitterand, Lecherbonnier, …), sciences physiques avec la collection Saison, sciences biologiques avec la collection Escalier,... La maison accompagne le développement de l'enseignement des langues vivantes avec des manuels aux méthodes efficaces (Ballandras-Benhamou, Holderith-Eckert, …) et crée en 1980 la collection de magazines "Speakeasy" pour accompagner l'apprentissage des langues dans et en dehors de la classe.

En 1979, Jean-Jacques Nathan vend Nathan à la CEP Communication, une filiale du groupe Havas. Cette cession ne change rien aux habitudes de travail de la maison mais va permettre des développements de produits en commun avec Larousse (une autre filiale de la CEP) pour le secteur français langues étrangères. Malade, Jean-Jacques Nathan quitte les Editions Nathan en 1986

Bertrand Eveno, nouveau Directeur de Nathan, donne plus d'autonomie aux éditeurs Nathan pour le développement des produits. Anciens enseignants ou professionnels de l'éducation, ils vont concevoir, avec des auteurs de référence, des outils modernes, adaptés aux évolutions du système éducatif et aux valeurs d'origine de la maison (pédagogie, progrès, créativité).

Catherine Lucet succède en 2001, à Bertrand Eveno comme Directeur Général de Nathan. Dès son arrivée, elle va s'appuyer sur le savoir-faire des éditeurs et sur les apports des nouvelles technologies, pour élargir la production traditionnelle Nathan avec des outils numériques complémentaires (CD Roms, sites, …) plus souples et ludiques. L'objectif -après plus de 120 ans d'existence- reste identique : proposer les solutions éducatives les plus adaptées en terme de pédagogie et d'innovation.

- En riant la lecture sans larmes, CP, 3e livret, Fernand Nathan éditeur, 18, rue Monsieur-le-Prince, Paris, 1946.


- Daniel et Valérie, livret n°1, méthode de lecture mixte de lecture, par L. Houblain et R. Vincent, illustrations de Nina Morel, Fernand Nathan, 1964.


- Grammaire fonctionnelle de la langue française, CM1, par Roger Galizot, J.Pierre Dumas et Bernard Capet, Editions Fernand Nathan, 18, rue Monsieur-le-Prince, Paris, 1971.


- Itinéraire mathématique, CE1, par M.-A. Touyarot et J. Béguin, Fernand Nathan éditeur, 18, rue Monsieur-le-Prince, Paris VI.

- Livre de prix 1913, L'école aux champs, par Bessonnet-Favre, Librairie Gédalge et Cie, 75 rue des Saints-Pères à Paris,


- Livre de prix, Aventures de deux écoliers, par Paul Cervières, illustrations de E.L. Cousyn, Librairie Gedalge, 75 rue des Saints-Pères à Paris, 1925.

Maisons d'éditions

2. Les éditeurs fin XIXe et du XXe siècle

 - Les sciences physiques et naturelles du Certificat d'études, par A. Brémant, treizième édition, Librairie d'Education A. Hatier, 33, quai des Grands-Augustins.


- Leçons de choses, CE, par J. Mayeux et G. Guillot, 6e édition, Librairie Hatier, 8 rue d'Assas, Paris, 1946.


- Géographie, CM, par A. Merlier et G. Leroux, 2e édition, A. Hatier, 8 rue d'Assas, Paris, 1952.


- Le nouveau Bescherelle, l'art de conjuguer, dictionnaire des 80000 verbes, Librairie Hatier, 8 rue d'Assas, Paris, 1975.

Editions Hatier

 

Alexandre Hatier ouvre au 33 quai des Grands Augustins, la Librairie d'Education en 1880.

la Librairie commence par publier des livres de prix, puis se fait connaître dès 1886 par ses premiers ouvrages scolaires, des livres de sciences naturelles ou plutôt de « leçons de choses » pour l'école primaire : les Brémant.

Mais la notoriété arrive en 1913 avec la toute première publication du « Dictionnaire des huit mille verbes usuels de la langue française » ; l’incontournable ouvrage plus connu de nos jours sous le surnom de « petit livre rouge » ou Bescherelle du  nom de son auteur (Louis-Nicolas Bescherelle).

 

Lors des inondations de la Seine de 1910, la Librairie d’Éducation s’installe rue d’Assas et devient la Librairie A. Hatier.

La production de livres s’intensifie et les collections « Classiques pour tous » présentant sous forme de  fascicules des œuvres d’auteurs français incontournables ou, le plus lilliputien des lexiques, le Dictionnaire « Petit Poucet », voient le jour avant la Première Guerre mondiale.

 

En 1927, Alexandre Hatier disparaît ; son épouse Marie Hatier et leur fille Blanche Foulon, assurent la pérennité de la librairie. Les deux femmes poursuivent l’œuvre d’Alexandre Hatier et développent le contenu du catalogue maison avec de nouveaux ouvrages scolaires.

 

Peu de temps avant la Seconde guerre mondiale, les petits-fils du fondateur, Michel et Jean Foulon prennent en mains la destinée d’Hatier.

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, la Librairie A. Hatier se diversifie et intensifie ses productions scolaires, citons notamment les volumes de sciences naturelles (Marcel Oria), de géographie (Jean Brunhes) et d’histoire (Louis Genêt). 

Fin des années 70, Hatier éditent les tous premiers cahiers de vacances et de révisions  pour le primaire sous la direction de Jean et Jeanine Guion. Ces ouvrages sont bientôt suivis par une méthode d’apprentissage de la lecture dont le fil conducteur et le héros principal est Ratus le célèbre rat vert. Les auteurs ainsi que le dessinateur, Olivier Vogel, poursuivent encore leur collaboration avec Hatier et le rat vert est toujours aussi célèbre auprès des enfants du primaire.

En 1980, la Librairie fête son centenaire.

En 1989, la Librairie A. Hatier devient Les Éditions Hatier et l’année qui suit, Bernard Foulon arrière-petit fils d’Alexandre Hatier, en prend les rênes.

En 1996, Les Éditions Hatier sont rachetées par le Groupe Hachette Livre.

  

- Méthodes de lecture Appropriée à l'âge et à l'intelligence de l'enfant, 1er livret, par A. Pierre, A. Minet et Melle Aline Martin, deux mille cent trente-cinquième mille, Fernand Nathan, Editeur, 16 rue des Fossés-Saint-Jacques, Paris, 1932

.

- En riant la lecture sans larmes, CP, 3e livret, Fernand Nathan éditeur, 18, rue Monsieur-le-Prince, Paris, 1946.


- Daniel et Valérie, livret n°1, méthode de lecture mixte de lecture, par L. Houblain et R. Vincent, illustrations de Nina Morel, Fernand Nathan, 1964.


- Grammaire fonctionnelle de la langue française, CM1, par Roger Galizot, J.Pierre Dumas et Bernard Capet, Editions Fernand Nathan, 18, rue Monsieur-le-Prince, Paris, 1971.


- Itinéraire mathématique, CE1, par M.-A. Touyarot et J. Béguin, Fernand Nathan éditeur, 18, rue Monsieur-le-Prince, Paris VI.

Editions Fernand Nathan


Fernand Nathan crée, à l'âge de 23 ans, une petite maison d'édition au rez-de-chaussée du
16 rue de Condé dans le 6ème arrondissement de Paris.

La création de la Librairie Fernand Nathan en 1881, coïncide avec la promulgation des lois scolaires
"Jules Ferry" (1881-1882), symbole du développement des valeurs démocratiques de l'époque. Fernand Nathan partage les idées républicaines d'égalité des chances, de prestige du savoir et donne à sa maison une réelle mission éducative : diffuser le plus largement possible le savoir et l'envie d'apprendre. Il décide donc d'accompagner l'apprentissage avec des méthodes pédagogiques sérieuses et adaptées. Il conçoit des nouveaux livres pour les élèves, conformes aux programmes récemment parus. Et dans le même temps, il commence à publier des ouvrages pour les Ecoles Normales, destinés à former les jeunes maîtres au nouvel esprit de l'époque.

Entouré de collaborateurs réputés, l'éditeur est rapidement reconnu pour ses ouvrages de qualité qui touchent un public populaire. Les premiers succès sont le "Cours d'Instruction civique et morale" du député Jules Steeg et "la Pédagogie" de Vincent dont 10 éditions se succèdent en 3 ans !

Fernand Nathan est également un acteur important de la rénovation de l'Enseignement Primaire mise en œuvre sous la direction de Ferdinand Buisson. Ainsi, la publication d'ouvrages simples et novateurs va faciliter le travail des maîtres comme le développement de méthodes souples et vivantes venant remplacer les méthodes mécaniques pratiquées jusqu'alors. Les cours d'Histoire d'Amman et Coutant, les premières méthodes de lecture "Lisons" de Pierre Minet et les livres de lecture de Baudrillat et Kuhn sont autant d'exemples du dynamisme créatif de la maison Nathan.

Très vite Fernand Nathan diffuse ses méthodes dans les colonies françaises et dans les pays francophones.

Pour développer l'éducation des plus-petits à l'aide de méthodes sensorielles, Fernand Nathan crée un nouveau concept pédagogique jusqu'alors embryonnaire en France : l'édition de matériel éducatif. Dans le même temps, il lance des collections de pédagogie pour les instituteurs et des livres de lecture pour prolonger, à la maison, les cours reçus à l'école…

En complétant ses collections de manuels scolaires par du matériel éducatif adapté à l'enfant (taille et résistance) et à la pointe des innovations techniques et ergonomiques, Fernand Nathan innove encore. Développé avec l'aide de Mademoiselle Besse et Madame Kergomard, deux Inspectrices Générales des Ecoles maternelles, l'accent est mis sur la qualité des produits, leur contenu pédagogique et leur aspect ludique. Ce nouveau matériel inspiré des méthodes fröbeliennes connaît rapidement un vif succès et participe au rayonnement du modèle des écoles maternelles françaises à l'étranger.

Fernand Nathan diversifie également ses productions éditoriales avec "la bibliothèque des éducateurs", "les loisirs du professeur",… qui seront les premiers compléments pédagogiques à destination des enseignants.

Fernand Nathan appelle auprès de lui son fils, Pierre Nathan (1892). Son arrivée marque un essor considérable de la maison entre les deux Guerres mondiales. Il lance les jeux éducatifs Nathan tout en développant également les revues pédagogiques et les collections pour la jeunesse.
Pendant ce temps, son père, Fernand, multiplie les succès dans le domaine des manuels scolaires.

La maison déménage alors successivement 16, rue des Fossés Saint Jacques en 1913 puis, en 1926, au 9 rue Méchain dans le 14ème arrondissement.

Pierre Nathan introduit la couleur dans les livres jeunesse. Persuadé de l'attrait et de l'intérêt de l'image, complément indispensable du texte, il pressent l'importance que la pédagogie moderne accorde à l'illustration. Il crée dans cet esprit de nombreuses collections allant des albums pour les petits aux livres d'aventures et même aux romans d'anticipation.

En 1933, il adapte également ce principe au domaine scolaire en lançant "La Documentation par l'image", une revue qui fait de l'observation, la base même des leçons.

De nouveaux auteurs s'attachent aux Editions Nathan et y rencontrent un succès sans précédent, comme par exemple Jolly et Souché pour la grammaire, Lebossé et Hémery pour les mathématiques, Cessac et Tréherne pour la physique.

Pour sauvegarder les Editions Nathan persécutées par les nazis et le régime de Vichy pendant la guerre, un groupe d'éditeurs parisiens, conduit par André Gillon des Editions Larousse, reprend les Editions Nathan et les administre pendant la période d'occupation. Ils rendent l'entreprise à Fernand et Pierre Nathan le jour de la libération de Paris.

Après le décès de Fernand Nathan en 1947, son fils Pierre Nathan reprend sa place rue Méchain avec à ses côtés Raymond Basch, son neveu.

Nathan sera l'un des premiers éditeurs scolaires à lancer en 1950 une collection de cahiers de vacances.

En introduisant la matière plastique dans de nouveaux produits de son matériel éducatif pour les maternelles, Nathan est à la pointe de la modernité, tout en conservant les produits qui ont déjà fait son succès.

Jean-Jacques et Claude Nathan se lancent aux côtés de Raymond Basch dans l'édition d'encyclopédies en plusieurs volumes mais à un prix abordable ce qui leur assure un succès durable. Parmi les plus rééditées : L'encyclopédie des femmes, L'encyclopédie du XX ème siècle, l'Atlas 2000…

Les manuels scolaires Nathan contribuent largement à la rénovation pédagogique dans toutes les matières : mathématiques modernes (Queyzane et Revuz), géographie (Lacoste), histoire (Milza, Bernstein puis Gaillart), littérature française (Mitterand, Lecherbonnier, …), sciences physiques avec la collection Saison, sciences biologiques avec la collection Escalier,... La maison accompagne le développement de l'enseignement des langues vivantes avec des manuels aux méthodes efficaces (Ballandras-Benhamou, Holderith-Eckert, …) et crée en 1980 la collection de magazines "Speakeasy" pour accompagner l'apprentissage des langues dans et en dehors de la classe.

En 1979, Jean-Jacques Nathan vend Nathan à la CEP Communication, une filiale du groupe Havas. Cette cession ne change rien aux habitudes de travail de la maison mais va permettre des développements de produits en commun avec Larousse (une autre filiale de la CEP) pour le secteur français langues étrangères. Malade, Jean-Jacques Nathan quitte les Editions Nathan en 1986

Bertrand Eveno, nouveau Directeur de Nathan, donne plus d'autonomie aux éditeurs Nathan pour le développement des produits. Anciens enseignants ou professionnels de l'éducation, ils vont concevoir, avec des auteurs de référence, des outils modernes, adaptés aux évolutions du système éducatif et aux valeurs d'origine de la maison (pédagogie, progrès, créativité).

Catherine Lucet succède en 2001, à Bertrand Eveno comme Directeur Général de Nathan. Dès son arrivée, elle va s'appuyer sur le savoir-faire des éditeurs et sur les apports des nouvelles technologies, pour élargir la production traditionnelle Nathan avec des outils numériques complémentaires (CD Roms, sites, …) plus souples et ludiques. L'objectif -après plus de 120 ans d'existence- reste identique : proposer les solutions éducatives les plus adaptées en terme de pédagogie et d'innovation.