Méthodes de lecture 19e
Méthodes de lecture
Lecture à l'école
L'écriture
Grammaire française
l'orthographe
Les math aux XIXe siècle
Les math aux XXe siècle
Le musée scolaire
Les sciences à l'école
La science de l'hygiène
L'enseignement ménager à l'école
L'agriculture à l'école
la morale à l'école
la prévention routière à l'école
l'épargne scolaire
Histoire à l'école
La géographie à l'école
Le travail manuel à l'école
Les travaux à l'aiguille
Le dessin à l'école
La musique à l'école
La gymnastique
Les bataillons scolaires
L'éducation physique
L'éducation physique et sportive
la prévention routière à l'école
L'école communale
Histoire de l'enseignement
Documents sur l'école
matières d'enseignement
La pédagogie
Post et périscolaire
Découvertes sur l'école

Education civique et morale

Le code de la route

Convaincue que l’éducation routière à l’école est l’une des clés pour préparer le futur citoyen automobiliste, l’association Prévention Routière édite dès 1952 un « guide du maître », livret pédagogique destiné aux enseignants.

En 1953, elle crée sa première piste d’éducation routière, animée par des forces de police et de gendarmerie.

L’enseignement de la sécurité n’est pas inscrit au programme d’instruction civique, en 1954, mais plusieurs circulaires ministérielles, complétant sur ce point les programmes de 1945 pour la classe de fin d’études, insistent sur la nécessité de cet enseignement.

Patronné par le Ministre de l’Education Nationale, un concours est organisé chaque année.

Créées en 1954 par la Prévention Routière, des pistes fixes et mobiles fonctionnent dans les départements sous la surveillance de moniteurs spécialisés des différentes polices. 300 000 jeunes environ se voient décerner, chaque année, un certificat de capacité lorsqu’ils ont obtenu la moyenne à ces épreuves.

En 1957, paraît le premier texte réglementaire rendant l’éducation routière obligatoire à l’école.

Panneau Accidents - moyens de transport.

Les fils d'Emile Deyrolle.


- Ne pas courir ou s'asseoir derrière les voitures.

- Ne pas descendre des voitures en marche.

- Etant à bicyclette ne pas se faire remorquer par un véhicule.

- Ne pas sortir d'une porte dans la rue en courant.

« La prévention routière » Modèles réduits pour l’enseignement du code de la route.

(Editions Bourrelier, 1956)

  

- "Sur le chemin de l'école" 8200 enfants ont été tués ou blessés en 1955.

Document 4 pages de la Mutualité Agricole

Le code de la route à l'école, la documentation française illustrée n°75, éditée par la Documentation française (secrétariat Général du Gouvernement) mars 1954, offert par la Prévention routière.

Le code de la route des petits écoliers, édité et offert par l'Automobile-club du Doubs.

La sécurité routière à l'école, guide pratique de circulation au service de l'éducation scolaire, rédigé par la Sécurité routière.


 Enseignements

Buvard

- Brampton et la Prévention routière vous invitent au jeu "Mettez-vous en code".

  

- Dépliant offert par Vittel Grande Source : Attention aux accidents de la circulation ; code illustré à l'usage des écoles.

Protège-cahiers.

- édité par la Prévention routière et Esso standard S.A.F.

- édité par Super 55  BN, le Super casse-croute.

En 1949, dans la France d'après-guerre, avec un réseau routier dévasté, un parc automobile en pleine croissance et des véhicules souvent peu sûrs, on assiste à une montée de l’hécatombe routière. Les sociétés d’assurances et les professions de l’Union routière de France décident alors de créer l'association Prévention Routière, association régie par la loi de 1901, qui sera reconnue d’utilité publique le 3 mai 1955. Son rôle : agir pour réduire le nombre et la fréquence des accidents de la route.

Conseils sur le code de la route à enseigner et commenter dans les écoles

(bulletin de l’Instruction primaire, 1934)

A la demande de l’Association « Les Vieux du Volant » pour la sécurité individuelle des enfants.


I – Principes généraux

1° Il faut que chacun soit à sa place, sur la route aussi bien que chez soi.

2° La discipline de la Circulation est un devoir social. Ne pas le respecter, c’est causer à autrui et à soi-même une gêne certaine, un accident probable.

3° Une légère imprudence de votre part peut coûter la vie à plusieurs personnes.

4° Ne comptez jamais sur la prudence des autres.

5° Ne commencez pas un mouvement si vous n’êtes pas absolument certain de pouvoir le terminer sans danger.


II – Code du piéton

  1. Dans une rue où il existe des trottoirs :

1° Marchez sur le trottoir, il vous est réservé.

2° Prenez, autant que possible, le trottoir de droite, et prenez votre droite sur le trottoir où vous circulez.

3° Quand vous avez à traverser, n’oubliez pas, en marchant sur la chaussée que vous n’êtes pas à votre place normale, que vous devez vous garer des véhicules, et non pas obliger ceux-ci à se garer de vous, et à vous éviter.

4° Pour traverser, regardez à votre gauche avant de quitter le trottoir, et jusqu’au milieu de la route, puis ensuite regardez à votre droite. En traversant, ne soyez pas distrait, ne lisez pas, ne bavardez pas, ne courez pas.

5° Quand une voiture s’approche, n’hésitez pas et ne reculez jamais brusquement. Arrêtez-vous ou continuez votre marche sans accélérer.

  

  1. S’il n’existe pas de trottoir :

1° Marchez à l’extrême droite de la chaussée.

2° Si vous êtes à gauche, ne changez pas brusquement de côté à l’approche d’un véhicule.

  

  1. Sur les places publiques :

Ne coupez pas en biais, vous vous engagez sur la chaussée qui ne vous est pas destinée. Faites le tour en suivant les trottoirs.


III –  Code du cycliste

1° Les trottoirs vous sont interdits dans les agglomérations.

2° S’il existe une piste réservée aux cyclistes, suivez-la et ne roulez pas sur la chaussée.

3° Quand aucune piste ne vous est réservée, roulez sur la chaussée. Prenez-y votre droite, même si vous êtes seul sur la route. Vous ne le serez pas toujours ! Vous oublierez alors de vous garer ou vous le ferez trop tard.

4° Pour dépasser un véhicule, passez à sa gauche. Avant de dépasser, regardez d’abord derrière vous. Si un  véhicule plus rapide s’approche, prévenez-le en étendant le bras gauche. Regardez aussitôt après devant vous pour vous assurer qu’aucun véhicule n’arrive en sens contraire, et que vous aurez la place et le temps de doubler.

5° Avant de traverser, faites de même : Regardez derrière vous, faites signe avec le bras, et regardez ensuite devant vous.

6° Il est toujours dangereux de dépasser, ou de traverser, ne le faites que si la route est droite et vous permet de voir devant et derrière vous.

7° Si vous roulez à gauche de la route, ne changez jamais de côté à l’approche d’un véhicule, restez à gauche, et ne reprenez votre droite que lorsque la route sera libre.

8° Pour que le conducteur d’un véhicule ne vous accroche pas, il faut qu’il vous aperçoive. La nuit, ayez une lanterne à l’avant, un feu rouge à l’arrière, lorsque vous circulez entre la chute du jour et le levé du soleil, il ne suffit pas d’avoir une lanterne, il faut qu’elle soit allumée. Ne partez jamais sans lanterne, vous n’êtes pas sûr de rentrer avant la nuit. N’hésitez pas à allumer, même si l’obscurité n’est pas complète ou si votre route touche à sa fin, les accidents se produisent toujours au moment où l’on s’y attend le moins.

9° Ayez toujours un signal sonore, utilisez-le pour prévenir ceux qui ne peuvent pas vous voir ou qui ne vous regardent pas.

10° Avant de déboucher dans une rue, faites usage de votre signal. Songez que les conducteurs des véhicules passant dans cette rue ne vous voient pas et ne soupçonnent pas votre venue. Faites cette manœuvre très lentement.

11° Quand vous passez à proximité d’un piéton qui traverse, sonnez assez tôt pour qu’il ait le temps de se garer. Il est préférable de ne pas sonner que de le faire trop tardivement. Mais, dans ce cas, il ne faut compter que sur soi.


IV – Conseils au futur conducteur de véhicules

1° Ne tenez jamais la gauche de la route. Prenez la droite. Ne restez pas au milieu en vous disant : Je ne gêne personne,  je me garerai à temps. Vous oublierez de le faire… ou vous ne verrez pas la voiture qui vient derrière vous… ou un tournant vous cachera celle qui vient à votre rencontre. La route est à tout le monde, et vous n’avez pas le droit de gêner un conducteur sous prétexte que vous allez moins vite que lui.

2° Prenez à sa gauche pour dépasser un véhicule. Avant de dépasser, regardez d’abord derrière vous : si un véhicule s’approche prévenez-le en étendant le bras gauche. Regardez aussitôt après devant vous pour vous assurer qu’un véhicule n’arrive pas en sens contraire et que vous aurez la place et le temps de doubler.

3° Pour traverser, faites de même : regardez derrière vous, faites signe et regardez ensuite devant vous.

4° Il est toujours dangereux de dépasser ou de traverser, ne le faites qu’à bon escient, quand la route est droite, et vous permet de voir derrière et devant vous.

5° Votre voiture doit être éclairée dès la tombée de la nuit, avec feux blanc à l’avant et rouge à l’arrière.

6° Votre lanterne doit pouvoir être aperçue de ceux qui viennent à votre rencontre. Ne l’attachez donc pas au collier de votre cheval, et soyez toujours à proximité de votre attelage, et en état de le diriger, et de le maîtriser.

7° A tous les croisements, en doublant, en traversant, marchez à allure modérée. Soyez toujours en état de vous arrêter brusquement.


V – Conseils des Vieux du Volant aux futurs motocyclistes et automobilistes

1° La vitesse sur la route n’est jamais la preuve d’une supériorité.

2° En dehors des conseils précédents : méfiez-vous de tous les autres usagers, conduisez prudemment. Ainsi vous n’aurez jamais d’accident.

  

(…) Un enseignement des règles de la sécurité relatives à la circulation routière est obligatoire… Il comprend un enseignement théorique et des exercices pratiques.

Une demi-heure comprise dans l'enseignement moral et civique est réservée chaque mois à l'enseignement théorique. Les exercices pratiques sont compris dans l'horaire de l'éducation physique et des activités de plein air. (Décret du 28 novembre 1958)