Méthodes de lecture 19e
Méthodes de lecture
Lecture à l'école
L'écriture
Grammaire française
l'orthographe
Les math aux XIXe siècle
Les math aux XXe siècle
Le musée scolaire
Les sciences à l'école
La science de l'hygiène
L'enseignement ménager à l'école
L'agriculture à l'école
la morale à l'école
la prévention routière à l'école
l'épargne scolaire
Histoire à l'école
La géographie à l'école
Le travail manuel à l'école
Les travaux à l'aiguille
Le dessin à l'école
La musique à l'école
La gymnastique
Les bataillons scolaires
L'éducation physique
L'éducation physique et sportive
L'enseignement ménager à l'école
L'école communale
Histoire de l'enseignement
Documents sur l'école
matières d'enseignement
La pédagogie
Post et périscolaire
Découvertes sur l'école

Jusqu'au XIXe siècle, l'éducation des filles se limite aux seules vertus religieuses et domestiques. Progressivement, le personnage de maîtresse de maison prend corps et structure la démarcation entre homme et femme. A partir du XXe siècle, la lutte contre la mortalité infantile étend son domaine à la prévention de la petite enfance. La puériculture est à l’honneur.

L’économie domestique, complément des travaux à l’aiguille, apprend l’administration de la maison. Elle couvre l’ensemble des tâches de la maîtresse de maison que le programme fixe : « Notions très simples d’économie domestique et application à la cuisine, au blanchissage et à l’entretien du linge, à la toilette, aux soins du ménage, du jardin, de la basse cour. »

Le programme d'économie domestique se substitue à celui de l'agriculture et de l'horticulture dans les écoles de filles.

La tradition de non-dépense, principe essentiel de l’économie domestique, se transmet alors à l’école par un ensemble de préceptes et de commandements : "La femme conserve ce que l’homme à gagné. Où le soleil n’entre pas le médecin entre souvent..."

Les cours d’enseignement ménagé sont plus des guides pour l’existence avec des recettes pratiques, que des cours de connaissances scientifiques.

Inutile d’insister sur le caractère à la fois pratique et expérimental que doit revêtir cet enseignement : la théorie n’y apparaît que pour justifier la pratique. Elle peut aussi inspirer aux jeunes filles l’amour du foyer, en leur montrant que les opérations en apparence les plus humbles de la vie domestique se relient aux principes les plus élevés des sciences de la nature, note Léon Bérard, ministre de l’Instruction publique et des Beaux-arts, dans les instructions de 1923.

  

« Balayer, faire la soupe, laver la vaisselle, entretenir le linge, ce seront là les occupations de toute votre vie… Il est excellent de connaître l’orthographe, mais il est nécessaire aussi de savoir faire un lit et laver des vitres… Au reste, travail de l’école, travail du ménage, ce n’est pas si différent que vous le croyez, peut-être. Pour l’un comme pour l’autre, il faut de l’intelligence et de l’application ; il en faut pour diriger le fourneau et surveiller le pot-au-feu, comme pour bien faire une analyse ou une rédaction. Une bonne omelette bien dorée fait mieux l’affaire du père ou du mari qui rentre avec la faim.(La première année d’économie domestique par R. El. Chalaret, édit. Armand Colin, 1887)


La bonne ménagère a de l’ordre ; elle est propre et active, économe et prévoyante. C’est de plus une bonne et honnête femme, instruite, obligeante et dévouée. (La première année de ménage rural par H. Raquait, édit. Armand Colin, 1913)


  

Proverbe :

Une maison mal tenue est

une maison perdue.

Livre Sciences appliquées, classe de fin d'études, écoles rurales de filles, de Marcel Orieux, Marcel Everaere, J. Briand et Henri Braillon, classiques Hachette, 1959


 Enseignements

Enseignement scientifique


4. L'enseignement ménager