Méthodes de lecture 19e
Méthodes de lecture
Lecture à l'école
L'écriture
Grammaire française
l'orthographe
Les math aux XIXe siècle
Les math aux XXe siècle
Le musée scolaire
Les sciences à l'école
La science de l'hygiène
L'enseignement ménager à l'école
L'agriculture à l'école
la morale à l'école
la prévention routière à l'école
l'épargne scolaire
Histoire à l'école
La géographie à l'école
Le travail manuel à l'école
Les travaux à l'aiguille
Le dessin à l'école
La musique à l'école
La gymnastique
Les bataillons scolaires
L'éducation physique
L'éducation physique et sportive
L'éducation physique
L'école communale
Histoire de l'enseignement
Documents sur l'école
matières d'enseignement
La pédagogie
Post et périscolaire
Découvertes sur l'école

Education physique

3. L' éducation physique


La situation sociale de l'après guerre 14-18 n'est pas réjouissante. La surmortalité due aux mauvaises conditions d'hygiène, aux privations et aux épidémies, est importante. Le déficit des naissances dû au veuvage et aux conditions de vie précaire est inquiétant.

Cet état sanitaire préoccupant se double d'une crise morale et économique, on note un ébranlement des valeurs morales traditionnelles qui fondent la réussite sur le travail et le mérite. La population veut oublier la période noire de la guerre, ce sont les années folles avec une libération des moeurs.

Dans ce contexte les pouvoirs publics vont mener une politique de natalité pour répondre au problème démographique et de lutte contre la dégénérescence de la population. Cette politique offre la possibilité aux médecins de se faire entendre.

Ceux-ci dés la fin du 19ème siècle avaient mené une campagne de propagande médicale en faveur de l'exercice et du grand air pour leur valeur hygiénique et de préservation de la santé (1887:campagne des hygiénistes). Leur écho avait alors été assourdi par l'omnipotence des militaires.

Les instructions officielles de 1923 pour l'enseignement primaire définissent pour l'éducation physique (qui remplace le terme de gymnastique) un double but ; corriger les attitudes défectueuses qu’impose trop souvent au corps de l’enfant le travail scolaire, développer ses qualités physiques, sa force, son adresse, son agilité. Elle est avant tout hygiénique et progressif des grandes fonctions (respiratoire, circulatoire, articulaire). Elle n’a pas pour but exclusif l’acquisition de la vigueur musculaire.

Ecole Normale d'instituteurs de Rouen, la cour de jeux

Toute leçon d’éducation physique doit être donnée en plain air, ou, si le temps est mauvais, dans le préau largement ouvert… L’enfant qui se présente à la leçon d’éducation physique doit avoir la pleine liberté de ses mouvements ; il doit donc se débarrasser de sa coiffure, de son faux-col, de sa cravate ; au cours de la leçon, il se dévêtira progressivement, si la température le permet. Il devra avoir des chaussures qui ne l’empêchent ni de courir ni de sauter. (instructions 1923)

Dans les années 30, la santé est un élément du capital social (création en 1930 du ministère de la santé) et la confrontation aux éléments naturels est valorisée (scoutisme, hébertisme).

C'est sous le front populaire en 1936 que seront lancées des réformes sociales déterminantes, une refonte du système scolaire et la diffusion d'une hygiène physique et sportive.

Un aménagement du temps de l'écolier avec extension des horaires d'éducation physique (3h30)-(plan Dézarnaulds dans le primaire).

Le sport et les loisirs sont considérés comme source de santé pour l'écolier et l'ouvrier.

En 1936 un sous-secrétariat d'état à l'EP est créé sous l'égide du ministère de la Santé puis en 1937 de l'Education nationale (L.Lagrange).

En 1937 un arrêté ministériel institue la 1/2 journée de plein air.

L'éducation physique à l'école primaire de Gabriel Maucurier, 1937

Plan national et social (1937)

Nous disons : l’éducation physique sera complète lorsque les six effets de l’exercice sont recherchés et obtenus, à savoir :

L’effet organique général (équilibrer le développement musculaire avec les possibilités fonctionnelles des organes de respiration et de circulation) et hygiénique (lavez-vous)

L’effet esthétique (corriger les mauvaises attitudes, donner au corps des formes plus belles par un développement physique harmonieux)

L’effet économique (obtenir le maximum de résultat avec le minimum de dépense)

L’effet viril (affirmation du caractère, de la volonté, maîtrise de soi-même, sang-froid, vaincre les obstacles, être audacieux)

L’effet mental (délassez-vous l’esprit, exécutez des exercices récréatifs, sachez le pourquoi des exercices)

L’effet moral (esprit de discipline et de solidarité ; pondération, patience, esprit calme et réfléchi, acceptation d’autres jugements, esprit de coopération)

  

Suite à la débâcle de 1939 est instauré un nouveau régime sous le contrôle du Maréchal Pétain. Il met en place un système idéologique et politique particulier proposant le redressement moral et physique de la France.

Un commissariat général à l'EGS est créé et dirigé par J. Borotra : "instruire les esprits ne suffit pas pour former les cœurs et tremper les caractères. Il s'agit de rendre à la race française la pleine santé physique et morale, de développer en elle le courage et la discipline en exerçant à la fois le corps, l'intelligence pratique et le caractère". (mélange d’activité physique et intellectuelle accompagnée d’une formation morale).

L'Education Physique est basée sur la méthode naturelle de G.Hébert  qui permet des évolutions collectives et un apprentissage du commandement et de l’obéissance.

Georges HEBERT (1875-1957)


Pour une méthode naturelle d'éducation physique

Officier de marine, il élabore une méthode d'enseignement d'exercices physiques en s'inspirant de ce qu'il a observé lors de ses voyages.

En 1913 au Congrès International d'EP à Paris, il présente sa méthode dite « naturelle ». Il remporte un succès triomphal et un grand mouvement d'opinion naît en faveur de celle-ci.

La méthode naturelle intègrera la leçon de la méthode française(1925) pour devenir même pendant la seconde guerre sous l'occupation et le régime de Vichy la seule méthode d'éducation physique.

Hébert explique que  « la méthode naturelle n’est pas une création de l’esprit. Image fidèle de la vie, elle reproduit les gestes séculaires qui sont ceux de notre espèce. Vieille comme le monde, puisqu’elle a toujours été pratiquée instinctivement. »

Les exercices naturels sont classés par formes d'activités. Elles sont au nombre de 10 : marches, courses, sauts, quadrupédie, grimpers, équilibre, lancers, porters, défense et natation. G. Hébert privilégie le parcours en pleine nature par rapport au parcourt aménagé et celui-ci par rapport au simple plateau. La séance a lieu au grand air ou, à défaut, dans un endroit aussi aéré que possible. Elle doit représenter un travail soutenu et continu dont la dose et la difficulté varient avec l’âge, le sexe, la condition sociale, la constitution, le degré de force ou d’entraînement des exécutants, etc.

Son expression actuelle est le parcours de santé.

Dans les écoles la leçon s’exécute le plus souvent dans la cour de récréation, sur un espace restreint appelé plateau. Les élèves évoluent tantôt sur, tantôt autour du plateau. Les élèves divisés par vagues, tournant autour du plateau en empruntant les bases latérales, viennent à tour de rôle se présenter sur la base de départ, puis traversent le plateau dans le sens de sa longueur, en effectuant le travail indiqué par l’instituteur (période d’effort). Arrivées à l’extrémité du plateau les vagues le quittent pour revenir lentement vers la base de départ, en suivant l’une des bases latérales (période de récupération).

  

La méthode de Démeny (gymnastique naturelle)


La conception de cette méthode synthétique, naturelle et concrète, remonte à Démeny (1850-1917). Ses principes furent adopté par le docteur Fernand Lagrange, le gymnase Racine et le lieutenant de vaisseau Georges Hébert. La méthode est fondée sur la synthèse et l’harmonie des efforts. Elle doit être essentiellement la pratique des exercices auxquels l’homme est destiné par la nature ou qui lui sont indispensables pour assurer sa protection et sa conservation. Elle doit donc donner au mouvement dès le début une forme naturelle et une direction utile.

La méthode de Démeny a le grand avantage d’être une méthode complète, très proche de la vie, applicable à tous les degrés de l’éducation physique et à tous les âges du développement de l’être, de ne requérir aucun accessoire, de pouvoir être pratiquée en n’importe quel terrain, d’exiger seulement le grand air, l’espace vaste, de supporter un costume léger, commode, au besoin réduit au stricte minimum, de s’épanouir normalement dans les jeux et dans les sports qui la complètent et auxquels elle prépare. Elle ne lui permet pas, comme la méthode d’Amoros et même de Ling

  

La fin de la guerre va entraîner un certain nombre de réformes fondamentales.

Il faut rompre avec le régime de Vichy ; à l’uniformité succède le libéralisme.

C’est le retour à l’éclectisme de la méthode Française.

La lutte contre le rachitisme et les maladies sont des priorités. Les préoccupations de l'Education Physique seront eugéniques, hygiéniques et morales.

« L’éducation physique à l’école, le sport dans la vie ne font qu’un tout. Il faut que l’école ait son matériel ; pour que les enfants puissent être formés, pour que leurs qualités physiques soient affirmées, développées… Il faut que la France possède une génération forte, il faut que la jeunesse qui monte soit saine. » L. Leroy, journal des instituteurs 17 mars 1945.

« la méthode naturelle ou hébertisme, pratiquée dans nos classes urbaines et rurales, a donné les meilleurs résultats physiques et moraux. Elle est une continuelle leçon d’effort individuel, dans laquelle l’enfant doit constamment lutter contre l’inertie, la nonchalance, le laisser-aller. Elle est aussi une vivante leçon d’apprentissage à la vie en commun, enpartant de l’équipe où règne la plus grande cordialité et où l’égoïsme a bien disparu. »

Un "livret d'Education Physique " est établi pour chaque élève, il le suit de 5 à 21 ans et y sont portées ses mensurations (suivre le développement de l'enfant), ses cotations sportives (composition des groupes) et les indications du médecin.

Cette période est caractérisée par le monopole médical, la conception de l'Education Physique est médico-morale et représentée par la trilogie médecine-hygiène-morale.

Les instructions officielles du 20 juin 1959 constituent la dernière synthèse marquée par l'emprise des médecins.

"C'est en définitive un coup de frein au développement de la pratique des disciplines sportives dans les écoles de la république que l'on cherche à donner" (Michel HERR).

La place du sport se situe dans le cadre des séances de plein air.

Dans le contexte évoqué la priorité accordée à la gym de formation se comprend bien. P.Seurin dira : "il y a plus de chance de santé dans un corps bien construit".

La leçon quotidienne d'éducation physique par l'image, Méthode française, Dr P. Cahuzac, 1924. Librairie Féret & fils à Bordeaux.


 Enseignements